Intro : Qu'est-ce que le Growth Hacking et comment l'utiliser sur les réseaux sociaux ?

Introduction au Growth Hacking

Dans ce module, je vous propose 10 hacks faciles à mettre en oeuvre sur les réseaux sociaux. Ces astuces, ces raccourcis, peuvent amplifier la portée de vos publications, vous attirer des milliers de fans supplémentaires, vous permettre de convertir des fans en clients, et j’en passe des tonnes.

Si vous souhaitez connaître un peu mieux ce qu’est le Growth Hacking, lisez ce qui suit, sinon vous pouvez filer directement à la leçon suivante.


Vous êtes toujours là ? Alors let’s growth !

Le Growth Hacking fait partie de ces buzzwords aussi attirants que difficiles à comprendre. Moi-même, je ne suis pas certain de m’en être vraiment sorti en lisant pourtant une littérature fournie à ce sujet. Je vais essayer de vous expliquer ce dont il s’agit, en évitant les palabres ésotériques.


Ça c'est juste pour détendre l'atmosphère (photo de palabres ésotériques)


D’abord, je ne vous fais pas d’historique.

Je sais… De rien !

« Growth Hacker » se traduit par pirate de croissance. Au sein d’une entreprise ou pour son propre compte, le growth hacker cherche par tous les moyens (ou presque) à générer de la croissance avec de petits budgets, ou des budgets nuls. La plupart du temps, il le fait grâce aux supports digitaux.


Hacks célèbres


Les hacks que le growth hacker trouve peuvent être ultra simples ou au contraire très techniques. Les meilleurs growth hackers sont souvent soit très forts en marketing (et donc capables de trouver des manières créatives de trouver la croissance), soit très forts en développement (capables par exemple de programmer des robots navigant et agissant à leur place sur internet). Mieux qu’un discours présidentiel de fin d’année, je vous propose quelques exemples célèbres :


1. Hotmail. C’est l’un des plus connus. Lorsque Hotmail est né, ses concepteurs cherchaient un moyen de le diffuser au plus grand nombre. Le simple ajout automatique, à la fin de tous les mails envoyés par ses utilisateurs, de « PS : we love you, get a free email at hotmail.com » a suffit pour faire exploser le nombre de comptes.


2. AirBnB. À ses débuts, AirBnB a eu l’idée de publier automatiquement sur Craiglist toute annonce publiée sur son propre site. AirBnB n’était pas connu mais Craiglist, c’est un peu comme Le Bon Coin en France. Comme vous vous en doutez, ça a super bien marché.


3. Dropbox, c’est plus de 200 millions d’utilisateurs. Comment font-ils ? Chaque nouvel utilisateur peut bénéficier d’espace supplémentaire s’il partage « son amour pour Dropbox » sur Twitter et invite son entourage à s’inscrire.


Growth Marketing



Vous voyez (ou peut-être pas mais c’est pas grave je suis là pour ça) que le Growth Hacking, c’est du marketing. C’est pourquoi certains préfèrent à Growth Hacking l’expression « Growth Marketing ».

Et le marketing, c’est quoi ? Je vous donne la définition la plus simple du monde :


« Le Marketing c’est le chemin qui sépare un produit ou une offre du client final. »


AARRR !

J’adore, pas vous ? C’est sans doute le cri de guerre du pirate.

Au-delà de son petit créatif tout à fait affriolant, l'acronyme phare du Growth Hacking représente un véritable modèle, structuré, d’un process marketing. Ce modèle, ou « framework » en anglais, ressemble à un tunnel de vente et s’appelle AARRR.

AARRR, ça veut dire : Acquisition Activation Rétention Revenu Recommandation.


Je vous sens impressionné.e


Maintenant, il faut arriver à vous concentrer malgré le... lion qui miaule...


Acquisition : Acquérir du trafic, attirer le maximum de prospects dans son tunnel de vente. C'est l'étape la plus concernée par les réseaux sociaux.

Activation : Une fois que votre prospect est sur votre site ou votre page de vente, l'amener à réaliser une action. Car action = intérêt.

Rétention : Inciter le prospect à rester et à revenir chez vous. C'est sans doute l'étape la plus stratégique de toutes, et celle à laquelle certaines entreprises pensent en premier.

Revenu : Amener le prospect à se transformer en client, en dépensant de l'argent à l'entreprise. Cela inclut non seulement l'acte d'achat, mais aussi le panier moyen, la fréquence d'achat, etc.

Recommandation : Votre client devient prescripteur de votre marque, il partage vos contenus et peut même être affilié.


Vous vous souvenez la définition du marketing ? Sinon vous avez une mémoire encore plus mauvaise que la mienne mais je vous la redonne : « Le chemin entre le produit et le client ». Le framework du Growth Hacking est non seulement super bien pour cibler ses actions de piratage de croissance (toujours sur l’une des 5 étapes de AARRR, ou alors une combinaison), mais c’est aussi génial pour comprendre ce qu’est le marketing.

Mon conseil : si vous voulez faire du marketing digital : utilisez AARRR, avec ou sans growth hacking.


Geek ou voyou ?



Le terme « Hacker » est trèèèès connoté voyou, geek, et pas toujours bien intentionné. Les techniques de growth hacking se trouvent parfois à la frontière de la légalité.

Avouons-le, certaines startups abusent parfois de l’excuse « nous sommes petites et innocentes » pour spammer sans jugeote les honnêtes gens ou employer des pratiques qui nous ont menés tout droit au RGPD. C’est malin tiens.

Si une entreprise en phase d’amorçage, qu’elle soit une startup ou TPE, a davantage de latitude qu’un groupe multinational, elle doit respecter un certain nombre de règles éthiques. Et en particulier la loi. 

Discussion

0 commentaires