L6 - Etape 6 : Analysez et améliorez

Calcul final : le retour sur investissement (ROI)

Tout ça pour en arriver là !

Le ROI (Return On Investment pour les archi bilingues) va vous permettre de mesurer l'efficacité de vos campagnes, opérations, projets. Il est plus intéressant que les seuls bénéfices, car il permet de déterminer quel projet rapporte le plus compte tenu des sommes investies.

Dans le digital, il est souvent assez simple à mesurer, puisque tout, ou presque peut se mesurer.

Néanmoins, il ne faut pas lui donner plus d'importance qu'il n'en mérite. Certains projets non rentables pourront le devenir, par exemple en les répétant et en les améliorant.

Concrètement, le ROI peut s'exprimer sous différentes formes. Par exemple "1 € investi rapporte 5 €" ou alors en pourcentage, grâce à la formule suivante :

ROI = (Gain - Coûts) / Coûts (on obtient le pourcentage en multipliant par 100)


Qu'est-ce qu'on en fait ?

Premièrement, retenez que ROI positif = c'est bien et ROI négatif = c'est pas bien.

Sur les opérations digitales, on cherche plutôt des ROI à deux chiffres, voire parfois trois. Une fois que vous avez déterminé votre ROI par canal social, il ne vous reste plus qu'à analyser, et en tirer les conséquences.

Regardons ce que cela donne sur notre exemple...


Exemple de la vente d'un eBook
étape #6 : calcul du ROI et optimisation

Dans notre exemple, nous trouvons le ROI pour chaque canal :

Facebook : 229%

LinkedIn : -33%

Twitter : -273%

Instagram : -398%

Voyons comment on pourrait interpréter ces chiffres.

Pour Facebook, un ROI de 229% montre soit qu'on a eu de la chance, soit que l'opération est bien optimisée pour ce canal. Compte tenu du temps engagé (300 heures de travail et 500 € d'investissement pub), on peut estimer que la campagne a été très travaillée et qu'on pourra la reproduire telle quelle dans des conditions similaires. Il est fort probable dans ce cas-là que la marge de progression soit faible.

Pour LinkedIn, le ROI négatif de -33% n'est pas forcément une mauvaise nouvelle. Une centaine d'heures ont été investies dans la campagne et il se peut que la reproduction de la même campagne coûte beaucoup moins cher, par exemple en frais de création (graphistes, rédacteurs, etc.). Ce ROI pourrait également s'améliorer en ciblant mieux les pubs, ou peut-être en adaptant mieux à LinkedIn la tonalité des contenus.

Pour Twitter et Instagram, le ROI est très mauvais, en dépit d'un nombre d'heures passées relativement important. Mais attention, on peut très bien imaginer que la campagne Twitter ait servi à sensibiliser un auditoire, qui a choisi d'acheter notre eBook en étant reciblé sur Facebook. À moins d'une bonne explication de ce genre, un ROI aussi mauvais doit déclencher deux options : on arrête de s'acharner sur ces réseaux OU on continue avec de petits montants jusqu'à ce qu'on trouve la clé.

Voici un tableau que je vous souhaite de réaliser lors de vos prochaines c(h)ampagnes.


Voyons maintenant si vous avez tout compris. Let's quizzzzzz !

🎙 Après avoir terminé cette section, n'hésitez pas à poser vos questions en commentaire. Vous pouvez également remplir la partie #3 du Workbook au fur et à mesure des sections de ce module.

Discussion

0 commentaires