Introduction : la veille sur les réseaux sociaux, pour quoi faire ?

🎙 En commentaire de cette leçon : Quelle serait pour vous la principale utilité de faire de la veille ?

Alors, quel est votre profil ?

Cette vidéo de Kantar Media évoque l'un des objectifs majeurs de la veille : savoir se situer par rapport à son propre secteur, par rapport à ses concurrents, par rapport à ses prospects.

#1 Totalement invisible 😴
Volume de données : faible ou moyen
Engagement (interactions) : faible
Sentiment : neutre
Que dois-je faire ? Augmenter la notoriété de ma marque et mon audience
Tip : Soyez original !

#2 Visible mais ignoré 😥
Volume de données : moyen ou élevé
Engagement (interactions) : faible
Sentiment : neutre
Que dois-je faire ? Générer des interactions (clics, partages, téléchargements) et des leads.
Tip : Créez de l'engagement !

#3 Actif mais sujet à controverse ? 😊
Volume de données : élevé
Engagement (interactions) : élevé
Sentiment : négatif ou positif
Que dois-je faire ? Travailler ma réputation et être prêt à réagir rapidement
Tip : Écoutez et entretenez la relation avec votre communauté

#4 Unique et attrayant ? 😃
Volume de données : élevé
Engagement (interactions) : élevé
Sentiment : nettement positif


La veille passive est déjà arrivée

L'information est partout. Ça, vous le savez déjà. Vous savez aussi peut-être qu'il y a un terme qui exprime le problème de fond : infobésité. Tout le monde comprend.

Aujourd'hui, il est fort probable que vous fassiez confiance, sans forcément vous en rendre compte, aux algorithmes (rappelez-vous, les algorithmes...) pour vous apporter l'info pertinente. La veille évolue de cette façon : plus vous vous intéressez à un sujet, plus vous allez à voir d'information sur ce sujet.

Vous cherchez un billet d'avion pour Athènes ? Vous vous retrouvez avec des propositions de compagnies aériennes pour aller en grèce "vraiment pour pas cher". Vous vous intéressez à la cuisine vegane ? Likez et commentez les posts des plus grands chefs vegans sur Facebook et vous verrez comment évolue votre fil d'actus.


Dark social web

Malgré tout, vos besoins évoluent, et parfois il faut aller chercher l'info vous-même. Parfois c'est possible, et parfois non.

La plupart des réseaux sociaux sont accessibles via la connexion à un compte sécurisé, donc pas forcément référencés par Google. Malgré tout, ils proposent tous des API (Application Programming Interface, que vous pouvez considérer comme des portes d'entrée), qui permettent à des applications tierces d'extraire des informations des plates-formes sociales. Les outils de veille automatisés utilisent ces API, ce qui évite d'aller directement les chercher sur tous les réseaux.

Vous avez déjà un premier niveau de contrainte : Google ne suffit plus !

Deuxième niveau de contrainte : certains réseaux comme LinkedIn limitent fortement l'accès à leurs données, et donc ne proposent pas d'API suffisamment puissantes pour assurer une veille exhaustive.

Troisième niveau de contrainte : le dark web. Rappelez-vous, nous vous avons parlé des différents usages des réseaux sociaux. Parmi eux, nous avons les messageries instantanées comme WhatsApp ou Messenger, les SMS, les emails, etc. Nous sommes dans le Dark Social Web. Aucun moteur de recherche ne pourra jamais accéder à vos emails, du moins pas légalement.

C'était juste pour vous faire toucher les limites de la veille...


Les trois principaux types de veille

Le premier type de veille, c'est la veille informationnelle. Il s'agit des contenus de type journalistique (au sens large) : qu'est-ce qui est nouveau, utile, proche, intéressant ? On limite souvent la veille à ce type de contenu, mais c'est loin d'être le seul. Et pour le coup, les réseaux sociaux ne sont pas forcément les plus intéressants, puisqu'on peut avoir ces informations via Google, ou en utilisant des agrégateurs de contenus qui iront chercher sur le web (et pas sur les réseaux sociaux).

Le deuxième type de veille, c'est la recherche de contacts. Comment trouver des prospects, des partenaires, des experts, bref, des personnes qui vont vous permettre d'avancer. Ici, les réseaux sociaux sont particulièrement puissants, puisqu'ils reposent justement sur la mise en contact des personnes.

Enfin, on pourrait qualifier le troisième type veille de "lexicale". Vous allez ici suivre très spécifiquement des mots, des expressions, ou des hashtags. Ce qui vous intéresse, ce sont à la fois les mentions de votre marque ou de vos concurrents, mais aussi les tendances. La recherche par hashtags est également très intéressante et puissante sur les réseaux sociaux.


Et donc, à quoi ça sert de faire de la veille ?

Nous vous l'avons beaucoup dit, la première étape, quelle que soit votre action sur les réseaux sociaux, c'est d'avoir un objectif.

Au sujet de la veille, vous entendrez les experts employer fréquemment les qualificatifs suivants : concurrentielle, stratégique, concurrentielle, informationnelle, e-réputation.

Chacun de ces types de veille mériterait une formation à elle seule et ce n'est pas l'objet de ce module.

L'objet de ce module, c'est de vous donner individuellement des bases solides - encore et toujours - pour commencer à répondre efficacement aux questions quotidiennes que vous pouvez vous poser.

Donnons quelques exemples très concrets d'objectifs de veille :

• Suivre les experts et les influenceurs dans le secteur du tourisme ?

• Comment parle-t-on de notre marque sur les réseaux sociaux ?

• Comment réagir et répondre à ceux qui parlent de notre marque ?

• Comment trouver de nouveaux prospects hyper qualifiés et suivre leur actualité ?

• Comment me tenir au courant de l'actualité de mon secteur ?


Et demain ?

Pour l'instant, occupez-vous d'aujourd'hui, et apprenez à cibler vos objectifs de veille, puis à utiliser des outils simples.

Ensuite, jetez un coup d'oeil sur cette infographie de Kantar Media, qui résume assez bien les tendances de la veille sur les medias sociaux.

Discussion

0 commentaires